Le voyage de A

Mais que vont-ils devenir ?

Me voilà rentrée du cinéma.. Une petite sortie en famille, on rigole, on parle. Mais je sais au fond de moi que tout cela n’est qu’une façade. On rentre à la maison avec la nourriture chinoise et chassez le naturel il revient au galop…
Nous voilà donc à table, ma soeur et moi dans notre coin, mon père qui se sert sans même prendre la peine d’écouter ce que ma mère aimerait goûter, le ton sec et moqueur de mon père. On fait comme si de rien n’était.

Nous voilà à la fin du repas, mon père se lève et lave SES couverts, comme à son habitue, égoïste comme il est, il ne prend pas la peine de voir quoi d’autres est à laver. Ma mère, épuisée, lui reproche, sa réponse "ce ne sont pas mes verres !". Abasourdie ma mère lui répond "Bah putain ! Si je ne lavais que mes affaires la maison serait dans un piteux état !" s’en suit les accusations de mon père qui lui reproche de gâcher l’ambiance, puis silence radio. Nous avons appris avec le temps qu’il fallait donner raison à mon père et s’écraser pour ne pas partir à la crise.

Alors j’interviens, une fois de plus, je fais remarquer gentiment que chaque dimanche se termine de cette façon et réponse de mon père "Ce n’est pas moi qui ait commencé !".

Puéril n’est-ce pas ? C’est la réponse que mes gamins de 5 ans me sortent en classe quand je leur demande d’arrêter leurs bêtises. Le fait est que depuis toujours, je n’ai pas le bon rôle de ma famille. Je suis leur maman, je veille sur chacun, je suis le médiateur, je suis la personne qui soutient tout le monde et qui essaie de tous nous réunir quand tout tombe dans le chaos. Si je n’étais pas là, je ne sais pas ce que ma famille serait, mais ça ne serait pas jolie.

J’ai tellement pitié pour ma mère, elle se retrouve prisonnière dans un mariage qui la rend malheureuse plus qu’autre chose et je n’ai absolument aucune idée de ce qu’ils deviendront une fois que je serais partie…