Le voyage de A

Speak up

Je ne sais pas comment les membres de ma famille me voit… Mais ce soir, j’ai compris qu’ils étaient toxiques pour moi. Vraiment toxiques.

Toute ma vie, ils m’ont reproché une chose : "Tu gardes tout en toi A. ce n’est pas bon, il faut extérioriser tes sentiments.", "Tu devrais plus t’affirmer, interviens quand tu veux intervenir, impose toi, n’ai pas peur du conflit.", "Exprime toi ! On ne peut pas savoir ce que tu ressens avec tous tes faux sourires et tes 'je vais bien".

Ces dernières semaines, ces derniers mois m’ont montré qu’en fin de compte, ils n’en avaient rien à foute que je m’exprime ou non, en fait, ils préfèrent même que je me taise.

À chaque embrouille avec mon père, quand il rentrait bourré, quand il était agressif, violent, que j’intervenais POUR DÉFENDRE MA MÈRE, on me reprochait mon intervention.
"Ce ne sont pas tes affaires.", "Mêle toi de ce qui te regarde", j’ai même eu le droit à un "Ça ne sert à rien de discuter avec toi, tu es mentalement instable, dès demain, je me renseigne pour t’enfermer dans un asile" de la part de mon père. Certes il ne s’en souvient pas aujourd’hui, l’alcool fait des miracle, c’est pratique de ce souvenir seulement de ce que l’on souhaite se souvenir. Malheureusement, j’ai une tendance à tout garder, parce que de toute façon chaque fois que je me décide à parler, on me dit de me taire.

Tout ça pour en venir à ce soir, il y a 20 minutes plus précisément. La porte sonne. Tiens, qui peut bien venir sonner à presque 23h ? Sans doute une urgence. Non, c’est la mère de la chère copine de ma soeur qui demande à la voir. On la sort de sa somnolence, elle va à la porte. Le ton monte. La mère et le frère de cette amie en question crient sur ma soeur pour des histoires qui ne la concernent même pas (pourquoi mêler des personnes extérieures aux histoires de familles ?). Mon père et ma mère viennent voir ce qu’il se passe. Le grand frère et la mère se permettent de les pousser et rentrent chez nous (quel respect), ils se mettent à insulter ma mère. Moi bien sûr je suis là, je les vois rentrer dans ma maison irrespectueusement à une heure très tardive, insulter ma soeur, mes parents, et moi-même par la même occasion parce qu’ils insultaient l’éducation que nous donnent nos parents. J’interviens, je me lâche. Mais oh, coup de théâtre, ils se retournent tous les 3 contre moi : " tu n’as pas à intervenir !", " Ça ne te regarde pas putain !" "Mais ta gueule A. ptn !"

Mais attendez je vis dans quel monde là, des gens rentrent chez moi de force, manque de respect à toute ma famille et "ça ne me regarde pas" ? Mais je sers à quoi dans cette maison en fait ? Je suis une figurante ? À les entendre, rien ne me regarde, alors pourquoi quand il s’agit de m’expliquer en détails les contrariétés du divorce, le fait que intel est déçu par la somme de la pension alimentaire, pour m’expliquer chaque petit évènement qui se passe dans leur vie, la façon de mon père à toujours traiter ma mère et inversement ce qu’il pense de ma mère, pourquoi me raconter tout ça à moi parce que "je suis très mature pour une fille de 20 ans, je suis déjà une adulte et ils peuvent compter sur moi" ?

Tout cela ne va que dans un sens. Je suis l’oreille dont tout le monde à besoin mais personne, je dis bien personne (et cela va même au delà de ma famille), n’est prêt à être l’oreille dont j’ai besoin. Je suis éteinte à côté d’eux. Je me suis toujours dit que mon manque de confiance en moi, tous mes soucis d’angoisse, nervosité et autres me venaient du harcèlement scolaire que j’ai toujours subi, mais je pense que ce soir, j’ai compris que ça ne représente même pas 50% des raisons de mes soucis. Ma famille m’étouffe, m’empêche de vivre, m’empêche de m’exprimer, m’empêche d’être heureuse tout simplement. J’attends mon départ pour l’Australie avec grande impatience, je pourrais enfin vérifier cette pensée.

En attendant, me voilà repartie dans mon silence, jusqu’au prochain épisode..