Le voyage de A https://asjourney.journalintime.com/ "François Rabelais, le poète, a dit sur son lit de mort: “Je pars en quête d’un Grand Peut-Être.” Voilà ma raison. Je ne veux pas attendre d’être mort pour partir en quête d’un Grand Peut-Être." - Miles Halter, Looking For Alaska. "On n’a qu’une vie, Clark. C’est le devoir de chacun de la vivre aussi intensément que possible" - Will Traynor, Me Before You "Il y a mieux à faire qu'être un passager de la vie" - Love Letters To The Dead. Je sais que je ne cite pas de la grande littérature, mais cette littérature est grande pour moi car elle m'a petit à petit fait comprendre que je devais reprendre ma vie en main. Et c'est ce que je vais faire : Bienvenue dans mon aventure les gars ! (et je préfère prévenir, cela risque plus de tourner en comédie dramatique qu'autre chose) fr 2020-07-24T23:17:33+02:00 https://asjourney.journalintime.com/Parcours-pre-op Parcours pré-op Début juillet, j'ai eu rdv à la clinique où je vais me faire opérer d'une sleeve afin de rencontrer psychologue, diététicienne, infirmière et médecin coordinateur qui s'occuperont de mon dossier et de me suivre en pré-op et post-op Malgré de nombreux à priori et beaucoup de stress, tout cela s'est extrêmement bien passé et j'ai été surprise de la bienveillance du personnel. Une fois l'après-midi fini, on m'a donné la liste de mes rendez-vous à savoir : 6 séances pour apprendre à "manger" et appréhender les changements qui feront suite à l'opération ainsi qu'une Début juillet, j’ai eu rdv à la clinique où je vais me faire opérer d’une sleeve afin de rencontrer psychologue, diététicienne, infirmière et médecin coordinateur qui s’occuperont de mon dossier et de me suivre en pré-op et post-op

Malgré de nombreux à priori et beaucoup de stress, tout cela s’est extrêmement bien passé et j’ai été surprise de la bienveillance du personnel.

Une fois l’après-midi fini, on m’a donné la liste de mes rendez-vous à savoir : 6 séances pour apprendre à "manger" et appréhender les changements qui feront suite à l’opération ainsi qu’une hospitalisation de 3 jours pour faire un bilan santé complet et 3 rendez vous sur les mois de septembre, octobre et novembre, qui sera un bilan de mi parcours.

J’en suis rendue à la moitié de mes 6 séances et je dois dire que ça change la vie. On apprend à sortir de tout ce qui est restrictif, un seul mot d’ordre : manger quand vous voulez lorsque la sensation de faim se fait sentir, et mangez ce que vous voulez. Pas de restrictions, donc pas de frustration, donc pas de craquage, crises et compagnie.

L’avantage de vivre seule pour le coup, c’est que je peux faire comme bon me semble et vraiment vivre à mon rythme.

Aujourd’hui, c’était une séance de sport dans la salle fitness de la clinique, pour la première fois de ma vie, je me suis sentie à l’aise dans une salle de sport, et pas jugée. Cela m’a fait énormément de bien et me motive à continuer sur cette voie.

Je suis boostée plus que jamais et j’ai vraiment hâte d’en venir à la fin de ce parcours et d’avoir une date d’opération. Je me sens prête plus que jamais.

]]>
2020-07-24T23:17:33+02:00
https://asjourney.journalintime.com/Falling Falling Les choses avec G ont évolué...sans trop évolué. Après mon dernier écrit, j'ai passé une journée exécrable. J'avais mal au coeur d'une déception (non) amoureuse à quoi s'est ajouté un après-midi horrible au boulot. Mes collègues de l'EHPAD parlaient du fait que leur petit verre après le boulot était réconfortant, mais que vu la journée, elles se saouleraient bien. Je n'ai jamais bu un goutte d'alcool, mais ce soir là, j'en avais envie. Et après tout, me prendre une cuite est sur ma Bucket List. Alors sur le trajet du retour chez moi, je me suis arrêtée et ai acheté Les choses avec G ont évolué...sans trop évolué.
Après mon dernier écrit, j’ai passé une journée exécrable. J’avais mal au coeur d’une déception (non) amoureuse à quoi s’est ajouté un après-midi horrible au boulot.
Mes collègues de l’EHPAD parlaient du fait que leur petit verre après le boulot était réconfortant, mais que vu la journée, elles se saouleraient bien.

Je n’ai jamais bu un goutte d’alcool, mais ce soir là, j’en avais envie. Et après tout, me prendre une cuite est sur ma Bucket List. Alors sur le trajet du retour chez moi, je me suis arrêtée et ai acheté une bouteille de Vodka. Ce jour là, j’ai également résisté comme je le pouvais et n’ai pas envoyé de messages à G.

Je trempe mes lèvres dans ce fameux liquide une fois bien arrivée, ma meilleure playlist spéciale "Broken Heart" lancée et m’aperçois que c’est la chose la plus dégoutante que je n’ai jamais goûté. Finalement, j’avais de quoi me faire des petits cocktails bien sympathique.

C’est lorsque j’ai commencé à avoir les joues qui chauffaient et à me sentir un petit peu trop joyeuse et confiante que j’ai reçu un message de G. Sans aucune retenue, je lui ai répondu et rapidement, nous en sommes venus à parlé de mon occupation du soir.
Plutôt que de boire seule, il m’a proposé de passer chez lui. Étant donné l’heure, je lui ai répondu que cela ne servirait à rien, le temps que j’arrive chez lui, je lui ferais coucou à la porte pour repartir afin d’être sûre de ne pas louper le dernier métro, ce à quoi il m’a répondu "Dors chez moi."

En temps normal, j’aurais eu beaucoup de mal à refuser, alors là, à peine le message envoyé, j’étais déjà sac en main, à l’arrêt de métro, à lui dire que j’étais en route.

Arrivée chez lui, je ne savais pas où me mettre. J’avais son message de la veille en tête, je me suis donc mise le plus loin possible de lui. Nous avons discuté en regardant la télévision, il a finit par prendre mon bras et m’attirer vers lui, j’étais donc allongée, la tête sur ses jambes pendant qu’il me caressait le dos, le bras, la main.. et oh mon dieu qu’est ce que je me sens bien dans cette position.
Nous avons fini par un blind test Disney et alors que je célébrais une victoire, il m’a de nouveau attiré vers lui et m’a embrassé. Niveau confusion, on était au level max, mais j’en profitais. Il commençait à être vraiment tard (ou plutôt tôt le matin), alors il a proposé d’aller se coucher. Dans le lit, il m’a attiré et me collait contre lui, puis les câlins se sont transformés en baisers et les baisers en caresses et autres baisers passionnés. Nous n’avons pas été plus loin que quelques préliminaires à ce moment là, même si l’effet des quelques verres étaient descendus, il me sentait perdue et on juste discuté. Inutile de vous préciser que j’ai que très peu dormi cette nuit là.

Le lendemain (ou plutôt le matin même du coup), je n’attendais que son réveil, histoire de me distraire de mon cerveau en ébullition et de retrouver ses mains et ses caresses qui semblent avoir de nombreux bienfaits sur mon corps.
Ce moment est enfin venu, et comme prévu, ses câlins m’ont beaucoup apaisé. Puis ils se sont de nouveau transformé en baisers, et cette fois ci, j’ai entrepris la chose qui ne s’est pas parfaitement passée et m’a laissé honteuse.
Il n’a pas arrêté de me rassurer, mais ni une ni deux, j’étais en dehors de son lit, habillée, à attendre qu’il fasse de même pour me reconduire chez moi. Chose qu’il a faite. Il essayait tant bien que mal de détendre l’atmosphère dans la voiture, de me rassurer, mais je voulais fuir étant persuadée qu’il ne faisait ça que pour être correct et qu’aussitôt que je serais sortie de sa voiture, il ne me donnerait plus jamais de ses nouvelles.

Et bien nous avons continué de discuter et cette semaine, j’ai passé une très bonne soirée avec. Nous sommes allés au restaurant puis nous sommes retournés chez lui pour regarder un film et j’ai à nouveau passé la nuit chez lui. Il m’a raccompagné chez moi le lendemain matin comme il l’a fait la première fois.

Nous nous sommes également revus hier soir. En effet, nous avons décidé d’adopter chacun un chat dans un refuge. Lorsque je lui ai dit que j’avais une visite de prévu pour un chaton repéré, il m’a demandé si il pouvait venir. Malheureusement il n’était pas disponible et je suis finalement allée le visiter (et l’adopter) accompagnée d’une amie, mais de son côté il a eu une visite prévue d’hier et m’a demandé si je pouvais l’accompagner.

Nous sommes donc allés tous les deux rencontrer sa future petite compagne, et quand je l’ai vu, un petit chat à la main, je me suis rendue compte que j''étais folle amoureuse de ce garçon.

]]>
2020-06-22T22:32:06+02:00
https://asjourney.journalintime.com/Auto-destruction Auto destruction En si peu de temps, beaucoup de choses ont changé : premier rendez-vous avec mon chirurgien pour commencer cette longue route vers ma nouvelle vie, premier rendez-vous pris pour rencontrer les psychologues, nutritionnistes et autres professionnels qui vont m'accompagner, emménagement dans mon nouveau chez moi... Ça fait beaucoup, et comme si ce n'était pas assez d'émotions, je me rajoute un coeur brisé. Il me semble que je ne vous ai jamais de G. J'ai rencontré G sur Tinder lorsque je m'y étais inscrite lors de mon élan "objectif : reprendre ta vie en main" après ma déception En si peu de temps, beaucoup de choses ont changé : premier rendez-vous avec mon chirurgien pour commencer cette longue route vers ma nouvelle vie, premier rendez-vous pris pour rencontrer les psychologues, nutritionnistes et autres professionnels qui vont m’accompagner, emménagement dans mon nouveau chez moi… Ça fait beaucoup, et comme si ce n’était pas assez d’émotions, je me rajoute un coeur brisé.

Il me semble que je ne vous ai jamais de G. J’ai rencontré G sur Tinder lorsque je m’y étais inscrite lors de mon élan "objectif : reprendre ta vie en main" après ma déception avec Al et après avoir binge Watch Queer Eye sans modération. Nous avions marché, discuté un ou deux jours sur l’application mais le courant est tout de suite bien passé, il m’a avoué qu’il allait supprimer l’application car il venait d’officialiser une relation, mais nous avons match et pour une certaine raison il savait que l’on serait bons amis, ça me convenait, il a supprimé son profil Tinder mais nous avons continuer de discuter sur Snapchat, Messenger. Entre temps j’ai rencontré T avec qui j’ai été en couple quelques mois. Je dois avouer que je n’étais pas la plus grande des bavardes avec G, tout simplement parce qu’il est la définition de la personne parfaite à mes yeux et chaque fois, l’impression que je vais le déranger est trop grande. Il venait cependant me parler, me reprochant mon manque de confiance en moi et essayant de m’aider par tous les moyens.

Nous nous sommes quelques peu rapproché durant le confinement lorsque j’ai été viré de chez moi, que j’ai eu le covid etc. car il est la seule personne vers qui je sentais que je pouvais me tourner. Il ne m’a pas laissé seule un instant et m’envoyer des messages chaque jour pour s’assurer que j’allais bien. À partir de ce moment, et je ne m’en suis pas rendue compte, je commençais à m’habituer un peu trop à lui..

Puis un soir, il a demandé s’il pouvait m’appeler, nous avons passé des heures au téléphone et rapidement je me suis habituée là aussi à nos appels, sa relation battait de l’aile, je l’aidais au mieux, mais indirectement ça me faisait mal et c’est là où je me suis rendue compte que je me suis embarquée dans une histoire qui ne finirait pas bien du tout pour moi. Little did I know I was right ..

Sa copine a finalement "rompu" (étant retourné dans sa ville natale pendant le confinement, elle s’est faite influencée par sa famille. La décision ne vient pas d’elle directement et je sais que lorsqu’elle reviendra à la rentrée scolaire prochaine, ils se remettront ensemble).

Lundi soir, après une journée plus qu’éprouvante au travail, il me propose de venir dans mon nouveau chez moi. J’accepte finalement, avec de nombreuses craintes : nous ne nous sommes encore jamais vu.
Il arrive, tout se passe bien, on discute de ma journée, de la pluie et du beau temps. Il est de plus en plus tactile et finit par m’allonger, et poser ma tête sur ses jambes, me caresser les cheveux, ma main. Et si je pensais que j’avais des sentiments pour Al ou T, ce n’était rien comparé à ce que j’ai ressenti à ce moment. Mais j’essayais de ne rien laisser paraître : il vient de rompre, je suis sûre à 95% qu’ils se remettront ensemble et dois-je vous rappeler qu’il est parfait ?

Je fais l’insensible, mais je deviens de plus en plus nerveuse et il le voit. Finalement, il finit par m’embrasser et c’est tout ce qu’on a fait de la soirée. Il est très porté communication (surtout des sentiments pour ne pas que quoi que ce soit soit intériorisé et qu’il y ait un effet boule de neige par la suite), alors nous avons passé la soirée allongé l’un face à l’autre, à parler et à s’embrasser. Et là encore, si je pensais que j’étais amoureuse lorsque j’embrassais Al ou T, ce n’était rien comparé à ce que j’ai ressenti ce lundi soir.

Mais l’heure est venue (trop rapidement) pour lui de rentrer, et même si je ne pouvais pas le forcer à rester, j’aurais tellement voulu, car je sentais que, comme à chaque fois jusqu’à présent, au moment même où il franchira la porte, tout cela sera comme si ça ne s’était jamais passé et encore, Little did I know I was right..

Ce soir là, il m’a en effet dit qu’il me sentait un peu perdue et paniqué, je lui ai avoué que oui, parce que c’était bien sympathique, mais que je sais qu’il venait de "rompre" (bien insisté sur les guillemets) et que voilà.. il m’a répondu que j’avais raison et qu’en effet, il devra y réfléchir car il est un peu perdu dans ses sentiments et ces évènements.

J’ai finalement reçu ce fameux message hier soir, qui même s’il est bienveillant et je sais sans aucune méchanceté de sa part, m’a fracassé le coeur :

"Il faut que je te dise que pour le moment ,j’ai bien réfléchi , je ne pense pas me mettre en couple car je pense encore à mon ex et ça serai irrespectueux de me mettre avec toi alors que je pense à quelqu’un d’autre ,je n’ai pas envie que tu te voies comme un pansement mais en tout cas ça n’enlève pas que j’ai passé une bonne soirée hier :)"

Ce à quoi j’ai affiché mon plus beau faux sourire comme je suis si habituée à le faire pour lui répondre un " Ne t’en fais pas, je m’en doutais :)"

Il a fini avec un "Mais en tout cas ne prends surtout pas pour toi,je me sens juste pas prêt a une relation"

Et j’ai terminé sur "Ne t’en fais pas, je le savais, tu m’avais prévenu"

Et c’est vrai, je ne peux même pas lui en vouloir, ou être en colère, je savais qu’il sortait de sa relation, et il m’a déjà dit qu’il ne cherchait rien parce qu’il était justement dans ce "flou" avec l’impression qu’il se remettrait avec sa copine en Septembre. J’ai juste été égoïste et ai laissé mes sentiments prendre le dessus et profiter de chaque instant de proximité que j’avais avec avec ce petit espoir que peut-être il se rendrait compte que je peux lui donner ce dont il a besoin.

Mais bien sûr que je ne peux pas lui donner tout ça, lui et moi ne sommes pas du tout au même niveau. Je savais tout ça, mais comme d’habitude j’ai eu ce comportement auto-destructeur.

]]>
2020-06-10T11:24:44+02:00
https://asjourney.journalintime.com/Premier-Rendez-Vous Premier Rendez-Vous Ça y est.. Mon premier rendez-vous a eu lieu. Anxieuse, je n'ai pas dormi la nuit précédent cet évènement fatidique. J'avais la boule au ventre, mais d'un autre côté je ne pouvais m'empêcher de ressentir une forme d'excitation. Fidèle à moi-même, je suis arrivée avec beaucoup d'avance et l'attente jusqu'à son arrivée a été très dur. Finalement l'heure venue, il apparaît soudainement et me lance un "bonjour" des plus jovial. Tout de suite, je sais que je vais l'apprécier. Il m'invite à rentrer avec lui, nous nous installons l'un face à l'autre et l'heure de faire Ça y est.. Mon premier rendez-vous a eu lieu. Anxieuse, je n’ai pas dormi la nuit précédent cet évènement fatidique. J’avais la boule au ventre, mais d’un autre côté je ne pouvais m’empêcher de ressentir une forme d’excitation.
Fidèle à moi-même, je suis arrivée avec beaucoup d’avance et l’attente jusqu’à son arrivée a été très dur. Finalement l’heure venue, il apparaît soudainement et me lance un "bonjour" des plus jovial. Tout de suite, je sais que je vais l’apprécier. Il m’invite à rentrer avec lui, nous nous installons l’un face à l’autre et l’heure de faire connaissance est arrivée. On échange donc pendant de nombreuses minutes sur ma vie, mon parcours, lui fait de même et me raconte des anecdotes personnelles ainsi que des petites blagues pour me mettre à l’aise, sentant sans aucun doute que je reste tout de même un peu anxieuse.
Après avoir abordé des sujets plus sérieux, je repars avec un immense sourire aux lèvres et un second rendez-vous.

Au risque de vous décevoir, rien de tout cela n’est romantique, c’est encore mieux, c’est un pass pour ma nouvelle vie. C’était mon premier rendez-vous avec mon chirurgien bariatrique en vu d’une sleeve. Et oui, après de nombreux mois de réflexion, de recherches, de mise en relation avec des personnes ayant subit cette opération, je me suis lancée.

A vrai dire c’est une idée qui me trotte dans la tête depuis quelques années : ma vie a toujours été rythmée par les régimes (et ce depuis l’enfance), j’ai grandit en développant de nombreux troubles alimentaires. J’ai réussi à les combattre après de longues années de batailles mais j’ai toujours ce mauvais rapport à la nourriture, cette frustration, cette culpabilité. J’avais beau faire des "workout session" hard, chaque jour de la semaine et me nourrir le plus sainement possible en quantité limité, le poids perdu n’était jamais miraculeux, et après de nombreux mois à SUBIR ce quotidien pour n’avoir que très peu de résultats, je finissais par abandonner. Et ce n’est pas comme si j’étais seule, j’ai toujours été suivi par des nutritionnistes.
La chirurgie me faisait donc de l’oeil, mais là encore j’ai accordé beaucoup trop d’importance aux regards des autres : "Pfff, maigrir en ayant recours à la chirurgie ? vraiment aucun mérite, je ne m’en vanterai pas à sa place ! C’est vraiment la solution facile !"

Ça n’a rien de facile, et cette perte de poids ne devrait pas être moins légitime qu’une autre. Rien que dans la démarche, le fait de prendre ce rendez-vous, c’est très difficile mentalement. Mais je sais que ça sera ma deuxième chance à la vie dont je rêve depuis toujours maintenant.

Le chirurgien est génial, a vraiment écouté tout mon parcours alimentaire, d’où mes troubles alimentaires sont venus et ça m’a vraiment fait du bien. J’avais déjà essayé d’en parler une fois avec ma mère, me disant que si j’avais développé cette frustration a la nourriture c’était parce que j’ai été mise à suivre un régime stricte dés mon enfance : à 6 ans je pesais tous mes aliments, je n’avais jamais eu un gâteau/biscuit, jamais un bonbon, d’ailleurs à la maison, il n’y avait rien du tout de ce type. Et à l’école j’étais entourée de mes camarades qui au goûter avec des petits Lu, des gâteaux comme tout enfants mangent, et j’avais un bout de baguette. Je n’avais jamais eu le droit à une pizza ou un McDo ou goûter des frites et hamburgers avant un long moment. J’ai grandit avec cette idée de "la nourriture tabou, la nourriture c’est mauvais" et psychologiquement mon désir pour ces aliments n’était que plus forts tout comme la frustration de ne pas y avoir accès. J’ai donc développé cette culpabilité que l’on ressent lorsque l’on mange quelque chose de "pas sain", et c’est toujours d’actualités.

On a beaucoup parlé de la société néfaste avec mon chirurgien, et surtout envers les femmes. Il m’a expliqué qu’il n’y avait pas de "bons" ou "mauvais" aliments. Il y a des aliments sains qui font du bien au corps et dont on a tous besoin, et les aliments moins sains qui par contre font du bien au moral lorsque l’on en a envie et qui nous permettent de ne pas sombrer dans les troubles du comportement alimentaire si on ne les interdits pas.

Avant de me faire opérer, il m’envoie donc suivre plusieurs séances chez une psychologue et chez une nutritionniste. Comme il m’a expliqué, celles-ci ne vont pas m’imposer un menu, une façon de me nourrir mais plutôt m’apprendre à manger. J’apprendrai ce qui est bon pour moi, et quelles adaptations je devrais faire après l’opération puisque je devrais ré-apprendre à manger, mais elles me diront également que si l’on me propose un bout de gâteau et que j’en ai envie, c’est okay d’accepter et d’en prendre un, par contre, un suffit, c’était bon et j’ai eu mon plaisir, il n’y a pas d’intérêt à en prendre d’autres. Il faut en fait que j’arrive de voir la nourriture comme étant quelque chose "d’interdit" et donc d’exagérer dans mes consommations comme si c’était la dernière fois que je peux en manger avant qu’on ne me l’interdise à tout jamais.

À cause de la situation covid, la clinique regroupant ces psychologues et nutritionnistes est fermée jusque fin mai et ils m’ont demandés de rappeler à ce moment. J’attends donc ce moment avec impatience. J’ai 6 ou 7 séances à suivre, à l’issue desquelles je passerais 3 jours dans la clinique afin de faire un bilan complet de mon état de santé. Une fois ce bilan fait, je pourrais reprendre rendez-vous avec mon chirurgien et programmer l’opération !

]]>
2020-05-16T11:05:39+02:00
https://asjourney.journalintime.com/Confinement Confinement Dans mon dernier écrit, j'expliquais que j'étais "au front", travaillant dans un EHPAD. Et bien guess what ? CORONAVIRUS GOT ME. C'était à s'en douter. Beaucoup de choses se sont passées. Tout d'abord, l'effet "confinement" a eu raison de mes proches, qui se sont mis à paniquer que je continue de travailler et résultat : j'ai fini à la rue. Mardi dernier, je suis donc arrivée au travail avec ma valise. Heureusement, j'ai d'excellentes amies, et grâce à l'une d'elle, j'ai eu un appartement à prêter le temps du confinement, ce qui me laisse du temps pour me trouver un chez moi. Dans mon dernier écrit, j’expliquais que j’étais "au front", travaillant dans un EHPAD. Et bien guess what ? CORONAVIRUS GOT ME.

C’était à s’en douter. Beaucoup de choses se sont passées. Tout d’abord, l’effet "confinement" a eu raison de mes proches, qui se sont mis à paniquer que je continue de travailler et résultat : j’ai fini à la rue. Mardi dernier, je suis donc arrivée au travail avec ma valise.
Heureusement, j’ai d’excellentes amies, et grâce à l’une d’elle, j’ai eu un appartement à prêter le temps du confinement, ce qui me laisse du temps pour me trouver un chez moi.

Mais voilà, je n’étais plus chez moi mais beaucoup plus loin de mon lieu de travail et en plus de cela, je n’avais du coup plus la voiture de ma mère pour faire mes allers/retours. Me voilà donc à passer au total 2h par jour dans les transports en commun, et chaque soirée de libre, à les passer dans les supermarchés, ceux ci ayant des horaires modifiés pendant la période de confinement qui ne sont pas du tout adaptés aux personnes qui travaillent, je ne pouvais pas faire mes courses en une seule fois.
Exposition : x10000 . Résultat : Diagnostiqué covid19 depuis ce lundi.

Comme si tout cela ne suffisait pas, la panique se mêle à tout ça. Peut-être parce que jusque là, même après la violente dispute avec mes proches, je n’ai pas arrêté une minute et fonctionnait sur les nerfs. Maintenant que je suis confinée, il y a bien sûr une certaine crainte liée au virus, mais il y a aussi la réalisation de tout ce qui s’est passé, le stress de me trouver un logement, mais aussi la solitude. S’il m’arrivait quelque chose, personne ne le saurait avant un long, très long moment. Résultat, alors que je regardais un film Netflix, une grosse crise de tachycardie m’a prise, j’avais l’impression d’être en arrêt cardiaque. Mon diagnostique, plus mon angoisse m’ont poussé à appeler le SAMU. Au fur et à mesure de mon entretien avec le médecin, je sentais mon pouls redescendre. Je lui ai confié que cela m’était arrivé une fois, le jour de mon anniversaire début novembre dernier, dans une situation similaire : j’étais au cinéma avec mon père quand une crise de tachycardie m’a prise. Pouls et tension au maximum, mais tous les examens sont revenus parfaits. On m’a donc dit sur le coup que cela pouvait être une crise d’angoisse, ce à quoi j’ai répondu qu’aussi nerveuse je suis, je n’en ai jamais fait. Le médecin au téléphone a également soutenu cette hypothèse.

Vous qui vous êtes perdus sur ce journal, si jamais il y en a, avez-vous des crises d’angoisse ? Comment celles-ci se manifestent elles ?

]]>
2020-04-03T22:25:00+02:00
https://asjourney.journalintime.com/Au-front Au front Durant cette période bizarre et inquiétante, ce "confinement total" ne me concerne pas. Animatrice dans un EHPAD (public) depuis mon retour d'Australie, je suis en première ligne. Je rentre de cette première semaine qui a été plus qu'éprouvante. Nos résidents sont confinés par étage. C'est à dire que des lieux de vie dans chaque étage ont été aménagé afin qu'ils puissent y prendre leurs repas, qu'ils ne peuvent plus se retrouver entre copains à la salle de restaurant en bas s'ils n'appartiennent pas au même étage, qu'ils "tournent en rond", mais c'est la meilleure Durant cette période bizarre et inquiétante, ce "confinement total" ne me concerne pas.

Animatrice dans un EHPAD (public) depuis mon retour d’Australie, je suis en première ligne.
Je rentre de cette première semaine qui a été plus qu’éprouvante. Nos résidents sont confinés par étage. C’est à dire que des lieux de vie dans chaque étage ont été aménagé afin qu’ils puissent y prendre leurs repas, qu’ils ne peuvent plus se retrouver entre copains à la salle de restaurant en bas s’ils n’appartiennent pas au même étage, qu’ils "tournent en rond", mais c’est la meilleure solution.. Ils ne sont au moins pas confinés dans leur chambre, et si un cas de coronavirus se déclare, on sait exactement quelles personnes ont été en contact avec, et on peut limiter les dégâts.

Du coup, au lieu de n’être qu’à un seul endroit, je dois être à chaque étage, j’essaie au mieux de faire le lien avec les familles, qui sont du coup interdites de visites, je soutiens les équipes soignantes, je vais rendre visite aux résidents individuellement lorsque l’on me remonte qu’ils sont déprimés, j’essaie d’être partout à la fois, mais c’est épuisant autant physiquement que moralement.

C’est épuisant car j’ai mes inquiétudes, bien sûr la situation n’est pas du tout idéale, j’emprunte les transports en commun pour aller travailler, je traverse plusieurs villes, je suis en contact étroit avec des centaines de personnes par jours dans cette structure et j’ai ma petite soeur à la maison, qui avec sa sclérose en plaques et ses immunosuppresseurs, fait partie des grandes personnes à risques. C’est épuisant car nous n’avons aucunes réponses à apporter aux résidents : "pour combien de temps ça va durer ?" "je ne comprends pas, je ne suis pas malade, enlevez ces masques !" Ah.. Ces masques que l’on distribue au compte goutte ces derniers jours… Ils nous en reste assez pour en avoir jusque mercredi et après cela.. on va croiser les doigts.

C’est épuisant car je vois l’état de mes résidents se décliner à une vitesse grand V, et cette semaine qui m’a paru durer 2 mois n’est que la première de nombreuses autres, et j’ai peur pour ces personnes qui, ayant perdu leurs seuls repères, laissent les pathologies les dévorer et ne sont plus les mêmes, en seulement quelques jours

C’est épuisant, car ce n’est que le début, et je ne suis pas prête à affronter toutes les pertes que je m’apprête à connaître dans les prochains mois..

Portez vous bien, prenez soin de vos proches mais surtout, restez chez vous s’il vous plaît.

]]>
2020-03-21T21:18:20+01:00
https://asjourney.journalintime.com/Call-Me-Maybe Call Me Maybe Aujourd'hui a été le début de la nouvelle moi, et cela s'est présenté grâce à un évènement très inattendu. Tous les lundis soirs, après le travail, je donne des cours d'anglais jusque 20h à un jeune collégien et sa petite soeur. Sur le chemin du retour, je me suis arrêtée au McDonald, en empruntant le drive, afin de me commander un McFlurry. En arrivant au guichet pour payer, je tombe sur un jeune homme qui finit par me dire "Si je peux me permettre, vous êtes magnifique". L'empotée que je suis a juste rigolé en lançant un "merci"et s'est empressée de démarrer la Aujourd’hui a été le début de la nouvelle moi, et cela s’est présenté grâce à un évènement très inattendu.

Tous les lundis soirs, après le travail, je donne des cours d’anglais jusque 20h à un jeune collégien et sa petite soeur.
Sur le chemin du retour, je me suis arrêtée au McDonald, en empruntant le drive, afin de me commander un McFlurry. En arrivant au guichet pour payer, je tombe sur un jeune homme qui finit par me dire "Si je peux me permettre, vous êtes magnifique". L’empotée que je suis a juste rigolé en lançant un "merci"et s’est empressée de démarrer la voiture avant qu’il ne me voit rougir comme j’ai tendance à bien trop le faire.
Mais j’ai regretté cette action et au moment où j’ai voulu faire une marche arrière, prendre mon courage à deux mains et demander son numéro une nouvelle voiture s’est présentée au drive, rendant ma manoeuvre impossible.
J’ai donc récupéré ma commande et je m’apprêtais à rentrer, mais je savais qu’en faisant ça, je passerais la nuit à regretter ma passivité, à m’imaginer ce qui aurait pu arriver etc.. Je suis donc re-rentrée sur le parking du McDo et je me suis motivée : " Okay A, il est 20h45, il n’y a pas grand monde, gare-toi, cours à son guichet et donne lui ton numéro.". Je me suis garée, je suis sortie de la voiture et m’apprêtais à faire le sprint du siècle, quand l’univers s’est retourné contre moi et a décidé de me rendre la tâche difficile en envoyant toutes les voitures possibles au Drive. Mon idée était donc infaisable.

J’ai choisi de ne pas me démotiver et j’ai fini par appeler ma soeur, lui demandant si elle voulait quelque chose. Bien sûr, elle m’a demandé de lui rapporté un McFlurry et j’ai hésité à y retourner, de peur de me ridiculiser en faisant une deuxième commande d’un McFlurry. Mais j’ai pris mon courage à deux mains, me suis souvenue que je devais devenir actrice de ma propre vie et me suis représentée au Drive.

La commande est passée, je me dirige donc à son guichet pour payer. À ce moment, tous les scénarios faits dans ma tête se sont effacés et j’ai juste dit " Re !" avant de laisser échapper un rire très, très nerveux. Il a rigolé, j’ai payé et j’ai commencé à avancer, souhaitant de tout mon coeur aller le plus loin possible et m’éclater la tête contre le volant. Mais avant d’aller trop loin et avant que la prochaine voiture puisse s’avancer, je me suis dit " A, deviens actrice de ta propre vie.", ai fait marche arrière et lui ai demandé si je pouvais avoir son numéro.

Je suis donc repartie avec un deuxième McFlurry et un numéro de téléphone.

]]>
2020-01-06T23:34:46+01:00
https://asjourney.journalintime.com/2020 2020 Je ne sais pas pour vous mais 2020 ça sonne bien, non ? J'ai envie d'enfin devenir actrice de ma propre vie et de devenir la personne que j'ai toujours rêvé d'être. J'ai donc remis en place ma fameuse "bucket list" de l'année, mais pour pouvoir la mener à terme, il me fallait éloigné tout éléments perturbateurs pouvant me servir d'excuses à l'abandon de celle-ci. Je pense que la différence avec les autres années, c'est que cette fois ci, j'ai envie de changer pour moi, et non pour les autres, pour répondre à leurs attentes. Pour commencer sur des bonnes bases, et pour Je ne sais pas pour vous mais 2020 ça sonne bien, non ?

J’ai envie d’enfin devenir actrice de ma propre vie et de devenir la personne que j’ai toujours rêvé d’être. J’ai donc remis en place ma fameuse "bucket list" de l’année, mais pour pouvoir la mener à terme, il me fallait éloigné tout éléments perturbateurs pouvant me servir d’excuses à l’abandon de celle-ci.
Je pense que la différence avec les autres années, c’est que cette fois ci, j’ai envie de changer pour moi, et non pour les autres, pour répondre à leurs attentes.

Pour commencer sur des bonnes bases, et pour répondre à mon dernier poste, j’ai longuement réfléchi à la situation "Al", et avec l’immense aide d’une lectrice qui n’a fait que confirmer ce que je pensais, mais dont je ne me rendais pas compte étant bien trop perdue, j’ai mis un terme à cette "relation" qui était bien trop toxique pour moi.

Je démarre donc cette année seule, sans Al, sans T, sans aucune autre personne du sexe masculin dans les parages et je vais en profiter pour consacrer mon mois de janvier à moi et à moi uniquement.
Ce mois-ci sera le mois où je mets en place une routine me permettant de mettre en action mes résolutions tout en essayant de trouver la personne que je suis actuellement, la personne que je veux réellement devenir, et comment y arriver.

Voici donc ma Bucket List pour cette année 2020 :

- Mettre de l’argent de côté (rien de bien original, mais il faut vraiment que je gère mon budget et travaille sur les dépenses inutiles)
- Regarder plus de documentaires (J’aime beaucoup m’informer et découvrir, quelque soit le sujet, mais il est vrai que cette dernière année je ne cherchais plus à zapper les chaînes me permettant de tomber sur un bon documentaire Arte ou France 5 mais que je m’orientais directement vers Netflix ou Youtube)
- Prendre le temps de lire
- Perdre du poids (Contrairement aux années, où je n’ai pas réussi à tenir cette résolution, je ne me suis pas fixée un poids à perdre. Je pense que les nombres étant importants, cela contribuait à me démotiver d’avance. Cette année sera surtout centrée sur mettre en place une hygiène de vie saine, me mettre à l’activité physique régulière et constater les résultats au fur et à mesure de mon avancée en me fixant des objectifs mensuels.)
- Mieux organiser mes journées
- M’écrire une lettre chaque jour de l’année et les ouvrir chaque jour de l’année suivante
- Me faire tatouer
- Faire 2 petits séjours (en France ou à l’étranger)
- M’éloigner des personnes toxiques
- Faire une bonne action tous les mois
- Maîtriser complètement la langue des signes
- Aller dans un parc d’attraction
- Gagner en confiance en moi et m’initier à la loi de l’attraction
- Me mettre au yoga et à la méditation
- Make a "confidence playlist"
- Mettre en place une "bedtime routine"
- M’éclater à des concerts (déjà deux qui m’attendent en ce début d’année)

Mon planning pour la semaine à venir est établi, il s’agit de voir s’il me correspond ou s’il y aurait quelques petites choses à changer pour qu’il me corresponde à 100%.

Bonne année 2020 à vous tous et j’espère que cette année, que cette nouvelle décennie, sera le début du reste de votre vie et qu’il vous apporte toutes les bonnes choses dont vous avez besoin !

À très vite.

A.

]]>
2020-01-05T15:55:37+01:00
https://asjourney.journalintime.com/Le-retour-d-Al Le retour d'Al Très cher journal, Je suis complètement perdue. Devine qui a fait son retour après ma rupture ? Oui, bon, c'est annoncé dans le titre, le suspens n'est pas à son comble. Al. Al m'a envoyé plusieurs textos et j'ai décidé d'accepter de le rencontrer, à conditions que l'on discute tous les deux sur ce qui s'est passé et savoir pourquoi il a disparu. Hier soir après le travail je suis passée chez lui et puisque ses colocataires étaient là, on avait convenu que l'on discuterait dans la voiture. Il est arrivé très enthousiaste, m'a prise dans ses bras immédiatement, s'est Très cher journal,

Je suis complètement perdue. Devine qui a fait son retour après ma rupture ? Oui, bon, c’est annoncé dans le titre, le suspens n’est pas à son comble.

Al. Al m’a envoyé plusieurs textos et j’ai décidé d’accepter de le rencontrer, à conditions que l’on discute tous les deux sur ce qui s’est passé et savoir pourquoi il a disparu.
Hier soir après le travail je suis passée chez lui et puisque ses colocataires étaient là, on avait convenu que l’on discuterait dans la voiture. Il est arrivé très enthousiaste, m’a prise dans ses bras immédiatement, s’est écrié que je lui avais beaucoup manqué avant de me demander l’autorisation de me reprendre dans ses bras.

Nous avons donc discuté, il m’a confié que lorsque l’on s’est rencontré il était dans une très mauvaise période de sa vie et essayait de s’en sortir, d’où le fait que je n’avais pas de ses nouvelles. Je lui ai donc reproché son manque de communication et le fait qu’il aurait dû me le dire plutôt que de disparaître du jour au lendemain.

Une chose bizarre est que je ne me sentais pas si à l’aise que ça avec lui. Je pense que je n’ai pas oublié T, et que ça prendra du temps. Mais d’un autre côté j’ai envie de profiter de la présence de quelqu’un d’autre et de me sentir aimée et désirée.

Une petite chose qui me met un peu mal à l’aise par contre, c’est sa manière à toujours amener le sexe. Chaque fois que l’on se voyait on commençait par avoir des discussions pour se découvrir l’un et l’autre, ou regarder des films, et au beau milieu il va me claquer "Je suis désolé de te le dire comme ça, mais les fellations que tu m’as faites sont les meilleures que j’ai jamais eues et j’y pense souvent" ou bien un "Je m’excuse de tout mon coeur mais j’ai une érection". Et une fois que le sujet est lancé, il insiste et continue de pousser. Disons que c’est un peu un turn off pour moi. Et c’est exactement ce qui s’est passé hier. Avant d’accepter notre rencontre, je lui ai bien dis que je venais dans le but de discuter et qu’il était hors de question que l’on couche ensemble. Mais la fin de la conversation a rapidement pris cette tournure.

Il m’a proposé d’aller sur les sièges arrières, me disant qu’il n’était pas confortable, naïve, j’ai accepté. Il n’a pas perdu de temps avant de me sauter dessus, passer ses mains sous mon T-shirt. Je lui ai dis que ça n’irait pas plus loin que ça, il m’a dit "je sais contrôler mes pulsions".
Finalement mon T-Shirt a été enlevée et il commençait a se diriger vers la partie plus basse de mon corps. Je l’ai stoppé, lui disant que non je n’en avais pas envie, il m’a regardé en me sortant un de ses fameux " Je suis vraiment désolée A.. J’ai une érection." Encore une fois, c’était fini pour moi. Mais il s’en foutait et m’a embrassé de nouveau en redirigeant ses mains plus bas. Encore une fois je l’ai arrêté, et pendant qu’il réessayer une troisième fois il m’a sorti un "Je t’aime" de nul part.

Sur le coup ça m’a surpris et je me suis un peu braquée en disant que j’espérais qu’il ne me le dise pas simplement pour que je cède. Il m’a répondu que ça le blessait que je pense ça et je me suis excusée en disant que je ne pouvais pas lui répondre sur ça maintenant.

Je suis un peu perdue sur ma relation avec lui. Est-ce que je l’idéalisais beaucoup parce que c’est le premier garçon avec qui je suis sortie ? Est ce que toutes ses allusions au sexe aussi cash et aussi fréquentes sont normales ? C’est vrai qu’avec T, je n’avais pas ce problème et si envie il y avait, on passait tout simplement à l’acte, on le faisait comprendre à l’autre en étant plus tactile, en faisant monter la température. Je doute que quelqu’un puisse lire ce journal, mais si jamais quelqu’un s’est perdu sur sa route et pourrais m’apporter quelconque conseil, je suis preneuse !

Il m’a invité à passer la nuit chez lui ce vendredi. Je sais très bien ce qui va passer bien sûr. Mais j’ai accepté. Je pense que ce sera la dernière chance, et si je me sens toujours aussi gênée et mal à l’aise en sa présence, je pense que c’est la nuit qui confirmera que j’ai tourné cette page, qu’il faut que je tourne la page T, et que je me concentre sur un tout nouveau chapitre.

]]>
2019-12-17T10:53:29+01:00
https://asjourney.journalintime.com/Rupture Rupture Cher journal, Te souviens-tu mon retour en beauté, ventant la tournure qu'avait pris ma vie et que, pour une fois, j'étais vraiment heureuse et m'étais engagée dans une relation ? Et bien cette relation a concrétisé toutes mes peurs. Peur de l'abandon, peur de ne pas suffire, peur de ne pas être assez bien pour une personne.. Après m'être habituée à avoir T à mes côtés, après mes nombreux allers-retours pour Paris pour passer le plus de week-ends possibles chez lui. Après des mois de rituels mis en place, de sorties. Après avoir appris à m'ouvrir à lui, à parler de Cher journal,

Te souviens-tu mon retour en beauté, ventant la tournure qu’avait pris ma vie et que, pour une fois, j’étais vraiment heureuse et m’étais engagée dans une relation ?

Et bien cette relation a concrétisé toutes mes peurs. Peur de l’abandon, peur de ne pas suffire, peur de ne pas être assez bien pour une personne..
Après m’être habituée à avoir T à mes côtés, après mes nombreux allers-retours pour Paris pour passer le plus de week-ends possibles chez lui. Après des mois de rituels mis en place, de sorties. Après avoir appris à m’ouvrir à lui, à parler de mes sentiments, à essayer de prendre confiance en moi, je viens de recevoir un joli message de rupture me disant qu’il en aimait une autre.

Et voilà que du jour au lendemain, sans préavis, sans signe, cette personne qui était devenue la personne la plus importante à mes yeux a quitté ma vie et aujourd’hui c’est comme s’il n’avait jamais existé : Peur de l’abandon, check !

Mais voilà aussi que pendant que je pleure toutes les larmes de mon corps, que les souvenirs font surface et que je me demande comment je vais survivre à la semaine qui va commencer, lui ne ressens ni peine ni chagrin, car il partage déjà d’autres moments avec une autre personne. Alors je ne suis sans doute vraiment pas assez bien, je ne suis sans doute vraiment pas à la hauteur. La preuve, je n’ai même pas réussi à garder le seul gars qui s’intéressait à moi.

]]>
2019-12-08T21:10:55+01:00
https://asjourney.journalintime.com/Queer-Eye Queer Eye Cela fait longtemps que je ne suis pas venue sur ce journal. Il faut dire que je ne l'ai pas quitté en très bon terme. Cher journal, j'ai énormément de choses à te raconter. Connais-tu l'émission Netflix Queer Eye ? Si non, je te la conseille. Je l'ai lancé un après-midi de déprime, où j'étais au plus et ça a changé ma vie. Cette émission est tellement positive, cela m'a fait un très grand bien et m'a poussé à sortir de ma coquille et oser vivre. Tout à commencer par un changement vestimentaire. Je regardais un énième épisode de l'émission et j'étais en Cela fait longtemps que je ne suis pas venue sur ce journal. Il faut dire que je ne l’ai pas quitté en très bon terme.

Cher journal, j’ai énormément de choses à te raconter.

Connais-tu l’émission Netflix Queer Eye ? Si non, je te la conseille.
Je l’ai lancé un après-midi de déprime, où j’étais au plus et ça a changé ma vie. Cette émission est tellement positive, cela m’a fait un très grand bien et m’a poussé à sortir de ma coquille et oser vivre.

Tout à commencer par un changement vestimentaire. Je regardais un énième épisode de l’émission et j’étais en parallèle entrain de faire mon shopping sur internet. Puis à l’apparition de Tan France et son moment relooking ultra positif, je me suis décidée à changer totalement de ce que je porte d’habitude.

Je me suis ensuite inscrite sur Tinder, pleurer l’absence d’Al, c’est bien un moment mais il faut se bouger. Je n’ai pas vraiment porté plus attention que ça à l’application, aux matchs et aux messages que je recevais jusqu’à recevoir CE message qui a attiré mon intention : " Félicitations Madame, votre colis Amazon "âme soeur" est arrivé ! Modèle : T, 24 ans, module humour et 2nd degré activé, option cuisine, possède un compte Netflix et pleins d’autres trucs à débloquer !". Ma réponse a été immédiate " Génial ! C’est Noël avant l’heure ! Où puis-je le retirer ?"

S’en est suivi notre premier rendez-vous. Nous nous sommes donnés rendez-vous dans un bar, auquel je suis arrivée avec 1h30 de retard à cause des divers travaux créant des bouchons. Il a été très sympathique, l’a pris avec humour et m’a attendu. Tout s’est bien passé et ayant une voiture et lui non, j’ai proposé de le déposer chez lui. Arrivé à destination, il m’a demandé si j’acceptais le colis et voulait signer le bon d’engagement ou si je souhaitais renvoyer le colis. J’ai choisi la première option et s’en est suivi notre premier baiser.
Nous nous sommes revus plusieurs fois cette semaine.

T. est un étudiant journaliste en alternance dans un journal connu sur Paris. Il habite à Paris, possède son appartement là-bas, mais est sur Lille où je vis une semaine sur deux pour suivre les cours. Le vendredi je l’ai donc accompagné à la gare prendre son train et je dois avouer qu’après s’être vu 3 jours de suite, j’avais un pincement au coeur de me dire que je ne le reverrais pas avant le dimanche prochain.
Cependant, il est très présent par textos, on parle non-stop en dehors des heures de travail et même lorsqu’il travaille et qu’il a une petite pause, il m’envoyait un petit message.

Le dimanche de son retour est arrivé, il m’a proposé de l’accueillir à la gare, on est allé chez lui déposer sa valise puis nous sommes allés boire un verre suivi d’un cinéma.
Nous nous sommes vus plusieurs soirs de la semaine. Après l’avoir déposé à la gare le vendredi, ma mère m’a confronté à mon retour à la maison, me disant qu’elle avait remarqué mon changement vestimentaire, mon changement d’humeur, le fait que je sorte beaucoup plus qu’avant et m’a demandé si j’avais rencontré quelqu’un. Étant la pire des menteuses, je n’ai pas pu cacher cette rencontre. Mais je lui ai dis que rien n’était fait, que l’on se voyait juste. J’en ai parlé à T le soir au téléphone, et il m’a demandé ce que je voulais que l’on soit, je lui ai dis que l’on était deux et que cela dépendait de lui et il m’a répondu "J’aime penser que l’on est un couple."

Les choses sont devenues sérieuses et il a rencontré ma mère et ma soeur le mois dernier. De mon côté, je passe mes week-ends chez lui à Paris.

]]>
2019-11-15T19:01:00+01:00
https://asjourney.journalintime.com/Again-and-again-and-again Again and again and again Cher Journal, Aujourd'hui je me suis réveillée beaucoup trop tôt par rapport à mon heure de coucher, mais je n'ai pu m'empêcher de penser à Al et au fait que non, je n'avais toujours pas reçu de messages de sa part. Alors j'ai craqué une nouvelle fois et lui ai envoyé un message, lui disant que je m'inquiétais pour lui, que j'espérais que lui et sa famille aillent bien, que je lui souhaiter une bonne reprise de travail et que j'espérais que l'on se voit rapidement.. Je n'ai à cette heure ci toujours aucune réponse et je pense que mon acharnement va s'arrêter là.. Et me Cher Journal,

Aujourd’hui je me suis réveillée beaucoup trop tôt par rapport à mon heure de coucher, mais je n’ai pu m’empêcher de penser à Al et au fait que non, je n’avais toujours pas reçu de messages de sa part.

Alors j’ai craqué une nouvelle fois et lui ai envoyé un message, lui disant que je m’inquiétais pour lui, que j’espérais que lui et sa famille aillent bien, que je lui souhaiter une bonne reprise de travail et que j’espérais que l’on se voit rapidement.. Je n’ai à cette heure ci toujours aucune réponse et je pense que mon acharnement va s’arrêter là.. Et me voilà le coeur brisé.

Pour me changer les idées, et pour finalement mettre à application mes bonnes résolutions, j’ai fais une petite séance de sport de 30 minutes. C’est un bon commencement. Si Al ne veut pas de moi, alors je vais changer et apprendre à m’aimer toute seule

En ce lundi 2 septembre, mon poids est de 115,2 kg. Mon premier objectif est de perdre 5kg en ce mois de septembre. Le combat contre ma boulimie sera difficile, étant donné que mon moral n’est vraiment pas au rendez-vous.

En parlant de moral et de combat personnel, cher journal, je m’excuse de te décevoir mais j’ai également replongé dans une des périodes les plus sombres de ma vie, une période qui m’a été très difficile de mettre de côté, et bien que j’étais contente de ne pas avoir eu à faire à cette pratique pendant près de 2 ans, c’est désormais une défaite.
Cher Journal, oui, je me suis mutilée.

Le fait est que jamais, jamais dans ma vie je n’ai versé une larme. Même durant mon enfance. On a souvent pensé que j’étais froide, que j’étais "sans coeur", que je n’avais aucune empathie.. Pourtant, la semaine dernière je ne pouvais arrêter mes larmes de couler en pensant à l’absence de Al. Dés que j’étais seule chez moi, les larmes coulaient, sans pouvoir me calmer, et après 3 jours de combat, la seule façon que j’ai trouvé pour arrêter momentanément mes larmes, c’est d’extérioriser la douleur que je ressentais à l’intérieur, comme je le faisais si bien durant toutes mes années d’adolescence. Mes larmes se sont en effet arrêtées, pour une petite heure avant de refaire surface. Et pendant cette période de calme je me suis haïs, mais au moment où je t’écris, il n’existe plus un centimètre de peau qui n’est pas traversé par une coupure sur mes cuisses.

En ce moment je me sens vide, j’ai envie de pleurer, d’hurler, mais rien ne vient. Je suppose que j’ai épuisé mon stock de larmes.
Il était tout ce dont j’avais besoin, et en si peu de temps il est devenu la personne la plus important pour moi. Il avait quelque chose qui me poussait à lui parler de choses dont je n’avais jamais parlé jusqu’à présent. Ses lèvres me manquent terriblement et je donnerais, tout, absolument tout pour pouvoir l’embrasser une dernière fois. Ses mains sur ma peau, ses bras autour de moi.. Tout. Et chaque nuit, alors que je ferme les yeux pour essayer de dormir, les images de notre dernière nuit ensemble m’apparaissent alors le seul moyen que j’ai trouvé pour m’empêcher de ressentir une peine encore plus grande et de m’empêcher de dormir.
En faisant les magasins dans la semaine, j’avais trouvé un livre sur son sujet préféré d’histoire, je lui ai acheté, malheureusement je ne sais pas si j’aurais l’occasion de lui donner, et chaque fois que j’entre dans ma chambre, je le vois, assis sur mon bureau, à me narguer, et ça me fait terriblement mal..

]]>
2019-09-02T10:20:36+02:00
https://asjourney.journalintime.com/Happy-Ever-After (Happy) Ever After ? Mon dernier écrit était rempli d'optimisme, de joie, de sentiments qui m'étaient jusque là inconnus.. Mais que s'est-il passé ensuite ? Nous sommes-nous revus ? La réponse est oui. Ses messages n'étaient pas nombreux après notre première relations, mais j'ai vite compris que, contrairement à moi, il n'est pas le genre de personne à consulter son téléphone dés qu'il sonne, encore moins au travail. Il me répondait cependant durant sa pause, ou tard le soir une fois qu'il était reposé. Le vendredi 23, il devait cependant repartir dans sa région natale et pour être honnête, Mon dernier écrit était rempli d’optimisme, de joie, de sentiments qui m’étaient jusque là inconnus.. Mais que s’est-il passé ensuite ? Nous sommes-nous revus ? La réponse est oui.

Ses messages n’étaient pas nombreux après notre première relations, mais j’ai vite compris que, contrairement à moi, il n’est pas le genre de personne à consulter son téléphone dés qu’il sonne, encore moins au travail. Il me répondait cependant durant sa pause, ou tard le soir une fois qu’il était reposé.

Le vendredi 23, il devait cependant repartir dans sa région natale et pour être honnête, l’idée qu’il parte loin me paniquait. Il a dû le sentir et m’a proposé de passer chez lui la veille de son départ. Jeudi 22 août, après le travail, je me suis donc dépêchée de rentrer chez moi, j’ai pris une douche rapide et ai essayé d’être un peu plus présentable et je m’en suis allée chez lui.

Le revoir m’a fait un grand bien. Il s’est mis à me poser des questions concernant ma première fois, m’avouant qu’il culpabilisait, qu’il avait peur que je regrette, que je ne veuille plus le voir mais qu’il voulait m’en parler face à face et non pas par texto. On a beaucoup discuté et nous avons refait l’amour ce soir là. C’était bien mieux que la première fois. Il était tout ce qu’il y a de plus adorable une fois de plus. Il me rassurait lorsque mon manque de confiance en moi reprenait le dessus. Il a voulu essayer une nouvelle position à un moment donné, j’étais tellement nerveuse, et sans doute encore peu habituée à la pénétration, en bref, ce n’est pas passé. Pendant que j’étais morte de honte il m’a pris dans ses bras, m’a embrassé le front, me disait que ce n’était pas grave et m’a ramené vers le lit. À ce moment j’aurais pu tomber amoureuse, et je pense d’ailleurs que c’est à ce moment que j’ai réalisé qu’en si peu de temps, il était devenu quelqu’un de vraiment important pour moi et que je m’attachais à lui.

Une fois nos affaires finies et notre douche prise, nous avons remis le films que nous avions lancé au début (et oui, nous sommes terriblement mauvais en ce qui concerne le visionnage de film visiblement). Nous étions en sous vêtements, l’un contre l’autre, ses mains n’ont pas quitté mon corps et ça me faisait tellement de bien. L’heure de rentrer est arrivée bien trop rapidement à mon goût, et il a dû s’en rendre compte, il m’a donné un de ses bracelets avant que je ne parte.

Tout est beau, tout est idéal, j’étais sur un nuage.

Puis il est parti dans sa famille, et je n’ai plus eu de nouvelles. Mon coeur me disait que c’était normal, il n’a pas vu ses proches depuis plus d’un an, il profite et a clairement autre chose à faire que d’être sur son téléphone, mais ma tête et mes phobies ont commencé à se manifester et même si j’essayais de me retenir, ça a pris le dessus.

Je lui ai parlé de ma plus grande peur, qui est l’abandon. J’ai tellement l’habitude de rencontrer des gens, de m’attacher à eux et ensuite de les voir disparaitre de ma vie du jour au lendemain sans prévenir, et le fait de ne plus avoir de ses nouvelles d’un coup m’a fait paniquer. Surtout que comme j’ai déjà dû le spécifier dans mon précédent écrit, il est bien trop bien pour moi et mon manque de confiance en moi se manifeste dés que je suis à côté de lui.

Il était censé rentrer vendredi 30, je lui ai donc envoyer un message "bon retour", je n’ai eu aucunes nouvelles. Je me suis réveillée le samedi 31, lui disant que je commençais à m’inquiéter, que j’espérais qu’il aille bien et que ça serait chouette qu’il m’envoie un petit message pour me dire qu’il était bien rentré. Je n’ai eu aucunes nouvelles et ma crise de panique a pris le dessus.
Je lui ai donc envoyé une succession de messages, dont j’ai trop honte pour les partager avec vous, et il a bien sûr choisi ce moment de crise pour se manifester.

Il s’est excusé, me disant qu’il venait à peine de rentrer, qu’il avait rencontrer quelques soucis là-bas mais qu’il pensait à moi tout ce temps. Je me suis alors excusée très rapidement, lui disant que j’ai paniqué ce à quoi il m’a répondu qu’il était vraiment désolée, que ce n’était pas grave et que mes messages l’avaient fait paniquer…

Je lui ai envoyé un plus long message, racontant la raison pour laquelle j’ai paniqué et je n’ai plus eu de nouvelles depuis… Je lui ai envoyé à nouveau un message hier soir, lui demandant si je pouvais passer le voir aujourd’hui histoire de discuter tout ça de vive voix, nada.

J’ai essayé avec un petit message de "bon matin" ce matin" comme je le faisais quand on se voyait, et rien. J’ai fini par un message cet après midi, lui disant que si il voulait parler des soucis qu’il a rencontré avec sa famille, j’étais là pour lui, et rien non plus jusqu’à ce moment présent.

Je pense que si il choisit de m’ignorer, de ne plus avoir à faire à moi, je m’en voudrais énormément. Il est clair que mes phobies et mes antécédents ont pris le dessus et j’ai sans doute dû l’effrayer. Quoi qu’il en soit je me déteste actuellement comme jamais je ne me suis détestée auparavant.

]]>
2019-09-01T19:35:26+02:00
https://asjourney.journalintime.com/Ma-premiere-fois Ma première fois Hier, j'ai rencontré un garçon. Chose que je n'avais pas prévu dans mes listes, dans mes plans de l'année 2019 ni même dans les années à venir. Il a 25 ans et est sans doute une des personnes les plus cultivées que j'ai pu rencontrer. À titre de comparaison, face à lui je me sentais comme Bridget Jones face à Marc Darcy, mais c'était très agréable d'un côté. Nous avons parlé pendant des heures, nous posant des questions chacun notre tour, apprenant à nous connaitre dans les moindres détails. Nous sommes allés chez lui et avons regardé un film, durant lequel il s'est Hier, j’ai rencontré un garçon. Chose que je n’avais pas prévu dans mes listes, dans mes plans de l’année 2019 ni même dans les années à venir.

Il a 25 ans et est sans doute une des personnes les plus cultivées que j’ai pu rencontrer. À titre de comparaison, face à lui je me sentais comme Bridget Jones face à Marc Darcy, mais c’était très agréable d’un côté. Nous avons parlé pendant des heures, nous posant des questions chacun notre tour, apprenant à nous connaitre dans les moindres détails. Nous sommes allés chez lui et avons regardé un film, durant lequel il s’est énormément rapproché et m’a finalement embrassé.

Premier baiser (consentant) : check.

Le film fini, nous sommes restés dans son lit et avons recommencé nos questions. Pour la première fois, j’ai eu envie de m’ouvrir à quelqu’un et de parler même d’aspects de ma vie qui m’ont blessé, de parler de la vision que j’ai de moi-même, du fait que je ne m’accepte pas et qu’honnêtement je ne me sentais très nerveuse en sa présence. Oh cher journal si tu l’avais vu, tu serais tombé sous son charme également. Il est très très mignon, c’est le genre de garçon que je regarde dans la rue en me disant que c’est le genre de garçon que je n’aurais jamais.

Sur mes confidences il est devenu très sérieux, m’a dit qu’il me trouvait magnifique comme je l’étais (malgré mes nombreux kilos de trop, bon ça il ne l’a pas dit, ça vient de moi), que je n’avais pas besoin de ressembler au modèle "type" que l’on voit partout sur internet et qu’il regarde la beauté intérieur d’une personne avant tout. Quand je dis qu’il est devenu très sérieux, je le pense, il était extrêmement sérieux. Il a fini par dire qu’il était triste et déçu que je ne le crois pas et que je n’ai pas plus confiance en moi mais qu’on y travaillera.

J’ai changé le sujet en posant une autre question, j’étais devenue le centre d’attention depuis trop longtemps et j’étais mal à l’aise. Nous étions tous les deux allongés sur le lit puis il s’est levé et s’est assis entre mes jambes pour que nous soyons face à face. Les questions et histoires et anecdotes ont continué pendant plus d’une heure encore, interrompues par des baisers de plus en plus intenses ou bien ses mains qui caressaient mes jambes, mon ventre (ce qui m’a énormément complexé, je pense qu’il l’a remarqué et l’a fait exprès). Les questions se sont faites de plus en plus rares, et honnêtement j’étais plus concentrée sur ses caresses et les mots devenaient impossibles à sortir de ma bouche. Il s’est alors totalement penché au dessus de moi et m’a embrassé plus passionnément, sans s’arrêter cette fois, me disant qu’il voulait descendre dans le cou, me demandant mon accord.

Rapidement ça s’est chauffé et je me sentais tellement bien avec lui que je n’ai pas réfléchis à deux fois ou me suis demandée si je devais stopper les choses. Il m’a demandé mon accord à chaque nouvelle étape, me demandait à plusieurs reprises si je voulais m’arrêter, si j’étais sûre, ses bonnes attention n’ont fait que confirmer mon envie de continuer. Finalement est venu le moment de se déshabiller et j’ai eu une mini crise de panique et lui ai fait promettre de ne pas me juger ou ni même se moquer de moi. Il a pris mes mains dans les siennes et on a discuté pendant 5 bonnes minutes de sa façon de me voir, qu’il ne ferait jamais ça etc.. ça a été assez pour que j’enlève finalement mon haut.

Je vais épargner les détails, vous savez comme ça se passe. Mon ressenti est assez mitigé, je n’ai pas autant apprécié que je l’aurais cru, mais je pense que c’est parce que c’était la première fois et que ça ira mieux au fil du temps.. n’est-ce pas ?

Si il y a une chose que je regrette, je dirais que c’est ma réaction après l’acte. Je n’ai absolument rien à lui reprocher. À la fin il est revenu s’allonger à côté de moi et m’a pris dans ses bras.. Et j’y étais très bien, jusqu’à ce que je panique 2 minutes plus tard. J’ai inventé une excuse bidon, prétextant devoir récupérer ma soeur quelque part. Fidèle à l’incroyable personne qu’il est, il m’a proposé une douche avant que je ne parte, m’a rapporté des serviettes, il veillait sur moi et me demandait si j’allais bien, si je regrettais. Je lui souriais et lui disait que oui j’allais bien, que non je ne regrette rien, ce qui est vrai avec le recul que j’ai pris. Je me suis précipitée sous la douche, et j’y suis restée pas mal de temps. Il toquait à la porte et me demandait si j’avais besoin de quelque chose, si j’allais bien. Il était vraiment adorable de A à Z. Malgré cela, l’idiote que je suis s’est rhabillée vitesse grand V et est partie directement.

À peine rentrée chez moi, j’ai reçu un message de sa part, il voulait s’assurer que j’étais bien rentrée, que j’allais bien. On a échangé quelques messages mais il s’est vite endormi. De mon côté, j’ai eu énormément de mal à dormir. Non pas parce que je regrettais ma journée, parce que je regrettais de ne pas avoir profité de son contact plus longtemps. Seule dans mon lit je me suis surprise à souhaiter retrouver le confort que j’avais dans ses bras.

Malheureusement il s’en va visiter de la famille jusque fin août, alors je sais que l’on va se revoir, mais ça ne sera pas immédiat et je ne peux empêcher ce petit pincement au coeur que j’ai.

]]>
2019-08-19T18:41:27+02:00
https://asjourney.journalintime.com/Les-nouvelles Les nouvelles Hello cher journal, Je m'excuse de mon absence, malheureusement il était impossible pour moi de me connecter pendant plusieurs semaines, malgré les tentatives de changement de mots de passe. J'ai fini par abandonner puis ai ré-essayé ce soir et, oh miracle, ça a fonctionné ! Alors voici ce que tu as manqué : Surprise, surprise, je suis toujours animatrice dans cet EHPAD, et cela risque de durer un petit moment encore. Même si mon projet final est toujours de reprendre une formation dans la petite enfance, ce job me permet une certaine sécurité financière en attendant que mon Hello cher journal,
Je m’excuse de mon absence, malheureusement il était impossible pour moi de me connecter pendant plusieurs semaines, malgré les tentatives de changement de mots de passe. J’ai fini par abandonner puis ai ré-essayé ce soir et, oh miracle, ça a fonctionné !

Alors voici ce que tu as manqué :

Surprise, surprise, je suis toujours animatrice dans cet EHPAD, et cela risque de durer un petit moment encore. Même si mon projet final est toujours de reprendre une formation dans la petite enfance, ce job me permet une certaine sécurité financière en attendant que mon prêt étudiant soit rembourser, mais aussi de m’affirmer, gagner en confiance en moi et m’épanouir.

Très peu des résidents sont en contact avec leur famille, ou ont des visites. Je suis vite devenue leur lien avec l’extérieur, autre que le personnel soignant. Mon très jeune âge aide beaucoup et je pense que j’ai une approche beaucoup plus "amical" que les animateurs qui me précédaient.

Ils m’apportent autant que je ne leur apporte. J’ai réussi à tisser des liens très importants avec certains d’entre eux et beaucoup se confient, me racontent leur histoire de vie (et bien souvent je rentre chez moi le coeur très lourd).

Je dirais que c’est une relation qui va dans les deux sens. Je n’ai pas une famille proche et mes grand-parents (des deux côtés) n’ont jamais voulu entendre parler de moi, je suppose que ces relations que j’ai instauré m’apportent également énormément. Je pense à deux résidentes en particulier qui ont vachement développé cet "instinct" avec moi et nous entretenons une relation assez spéciale.

Maintenant la grande question : ai-je réussi à perdre du poids et combattre mes TCA ? La réponse est non. Mais je suis de retour plus forte que jamais et prête à en finir, mais je développerais cela un peu plus tard.

J’ai revu mon père, il m’a invité au restaurant pour son anniversaire. Durant ce dîner il m’a annoncé qu’il se faisait construire une maison à l’étranger et qu’il allait partir. En rentrant chez moi, ma mère, dégoûtée, m’a avoué que la seule raison pour laquelle il m’a invité au restaurant ce soir c’est parce qu’elle l’avait appelé le matin même pour lui dire que cela faisait 2 semaines que j’avais un cadeau pour lui et que s’il ne me voyait pas, elle allait lui faire regretter. Moi qui pensait avoir passé une soirée "convenable", c’est toujours sympa d’apprendre que ce n’était qu’une illusion.

Mais finissons sur une note heureuse : j’ai appris que mon grand frère et sa copine allait avoir un bébé !

Lots of love,

A.

]]>
2019-08-10T22:07:21+02:00
https://asjourney.journalintime.com/A-Whole-New-World A Whole New World Eh bien, eh bien... Cela fait un certain temps que je n'ai plus donné signes de vie. Je pense que c'est en partie car j'ai honte de la personne que je suis, ou du moins que je ne suis pas. Toutes mes résolutions et bonnes pensées, rien n'a été mis en place. Je suis rentrée d'Australie et suis de retour chez moi, en France. Je dois dire que ça a été plus compliqué que je ne l'aurais pensé. Après l'euphorie des retrouvailles avec mes proches, je suis passée par une période de déprime. Tout de ma vie en Australie me manque, mais ce qui me manque le plus, c'est la personne que Eh bien, eh bien… Cela fait un certain temps que je n’ai plus donné signes de vie. Je pense que c’est en partie car j’ai honte de la personne que je suis, ou du moins que je ne suis pas.
Toutes mes résolutions et bonnes pensées, rien n’a été mis en place.

Je suis rentrée d’Australie et suis de retour chez moi, en France. Je dois dire que ça a été plus compliqué que je ne l’aurais pensé. Après l’euphorie des retrouvailles avec mes proches, je suis passée par une période de déprime. Tout de ma vie en Australie me manque, mais ce qui me manque le plus, c’est la personne que j’étais là.
J’avais gagné un semblant de confiance en moi, je ne vivais que pour moi-même sans me soucier des autres.. Et maintenant je suis redevenue la personne invisible que j’ai toujours été.

J’ai trouvé un travail pour quelques mois. Je suis animatrice dans un EHPAD. Ça m’a fait du bien de me réintégrer dans la vie active aussi vite après mon retour et de sortir de chez moi.

Je sors également beaucoup plus avec mes amis et je pense que c’est d’ailleurs ce qui a créé le déclic que j’ai eu hier.

Je n’ai plus envie d’être cette personne qui s’écrase pour se plier aux quatre volontés de chacun, je n’ai pas envie d’être cette personne timides sans aucune estime de sois qui s’empêche de vivre des relations amoureuses à cause de son manque d’amour propre.

Je vais avoir 22 ans et je n’ai jamais rien connu, je n’ai jamais défier les règles. Ma vie a toujours été une ligne droite, j’ai toujours été droite, j’ai toujours été ce que l’on attendait de moi. J’ai toujours été brisée et j’ai surtout laissé chaque personne que je rencontrais me briser.

Il est temps de sortir de tout cela. Et ça va commencer par une perte de poids importante.
La bataille ne sera pas facile, loin de là.
Depuis mon retour d’Australie, je fais de la boulimie vomitive.
Cela fait maintenant 2 mois que je me suis enfermée dans ce cercle vicieux, d’aller me faire vomir après mes repas et le dégoût que je ressens envers moi même ne fait qu’accroître.
Je suis assez détruite comme cela, et je refuse de détruire ma santé en plus.

]]>
2019-05-14T00:40:00+02:00
https://asjourney.journalintime.com/Retour-surprise Retour surprise Alors, je sais que je n'ai pas vraiment tenu mes bonnes résolutions jusqu'à présent, et que je n'ai pas posté du tout. Je me suis un peu déconnectée de tout et ça m'a fait énormément de bien. Mon retour en France était prévu pour il y a 2 ou 3 semaines, mais je suis actuellement toujours en Australie. Je n'étais pas prête à rentrer, comme les autres fois. Le retour en France m'effraie beaucoup. J'ai peu de revenir dans un environnement toxique, peur de voir toutes les choses qui ont changé en mon absence, peur de redevenir la personne insignifiante que j'étais. J'ai Alors, je sais que je n’ai pas vraiment tenu mes bonnes résolutions jusqu’à présent, et que je n’ai pas posté du tout. Je me suis un peu déconnectée de tout et ça m’a fait énormément de bien.

Mon retour en France était prévu pour il y a 2 ou 3 semaines, mais je suis actuellement toujours en Australie. Je n’étais pas prête à rentrer, comme les autres fois.
Le retour en France m’effraie beaucoup. J’ai peu de revenir dans un environnement toxique, peur de voir toutes les choses qui ont changé en mon absence, peur de redevenir la personne insignifiante que j’étais.

J’ai tellement changé durant ces mois en Australie, j’ai gagné en confiance en moi, même si c’est loin d’être suffisant, c’est toujours mieux que ça ne l’était. J’ai enfin vécu pour moi, fait ce dont j’avais envie.

Seulement voilà, après plusieurs remises de mon retour, j’ai eu le sentiment que j’étais enfin prête à rentrer à la maison. J’ai pris mon billet d’avion et une fois celui-ci en poche, j’ai pris mon téléphone, sur le point d’annoncer la bonne nouvelle à ma mère qui désespère de me revoir… Mais je n’ai finalement rien dit.

Dans moins de 3 semaines je serais en France et personne n’est au courant. J’ai l’intention d’aller surprendre tous mes proches.

En attenant, je compte profiter de mes derniers instant en Australie.

]]>
2019-02-07T05:50:31+01:00
https://asjourney.journalintime.com/MeToo #MeToo Mais de qui je me moque ? Je suis tellement habituée à refouler mes émotions négatives que même ici, je me mens à moi même. Mon nouvel an était loin d'être à 100% parfait car j'ai été victime d'une agression sexuelle. C'était aux douze coups de minuits. L'amie avec qui j'étais venue était à l'arrière du bateau car elle avait besoin d'air, ça faisait bien 1h qu'elle n'était plus avec moi mais son absence ne me dérangeait pas : j'étais sur la piste de danse et je profitais. Mais le moment fatidique arrivant, la musique était coupée pour faire place au décompte et Mais de qui je me moque ? Je suis tellement habituée à refouler mes émotions négatives que même ici, je me mens à moi même. Mon nouvel an était loin d’être à 100% parfait car j’ai été victime d’une agression sexuelle.

C’était aux douze coups de minuits. L’amie avec qui j’étais venue était à l’arrière du bateau car elle avait besoin d’air, ça faisait bien 1h qu’elle n’était plus avec moi mais son absence ne me dérangeait pas : j’étais sur la piste de danse et je profitais. Mais le moment fatidique arrivant, la musique était coupée pour faire place au décompte et chacun était retourné auprès de ses proches.

Je n’ai pas eu le temps de crier "Happy New Year" que je me suis sentie partir en arrière et la seule chose dont je me souviens c’est d’avoir réaliser que j’avais une langue qui explorait ma bouche. J’ai repoussé le gars aussi fort que possible, mais ma force de mouche et son gabarit ne m’ont pas aidé à être impressionnante.
Comme je l’ai peut-être dit auparavant, ou pas, mon manque de confiance en moi et ma crainte du sexe masculin m’a bloqué et empêché toute relation. Je n’ai donc jamais embrassé quelqu’un et le fait qu’un inconnu se permet ce droit m’a fait ressentir un dégoût profond.

Je me suis éloignée aussi vite que possible de lui folle de rage. J’avais l’impression d’avoir été dérobé de quelque chose, et j’étais entrain de louper le feu d’artifice gigantesque que j’avais tant hâte de voir.
Je me suis précipitée à l’avant du bateau pour essayer au moins d’apercevoir le final mais arrivant après tout le monde, j’étais laissée derrière.
J’ai alors senti un corps se coller à mon dos, puis il a commencé à se frotter et j’ai senti son érection contre mon dos. Mon corps a cessé de me répondre. Ma raison m’ordonnait de me retourner, de le gifler, de lui donner un gros coup dans les parties, mais je n’ai pas bougé d’un poil. Je faisais même le plus d’effort possible pour que ma respiration soit quasi invisible, comme si j’essayais de prétendre que j’étais morte pour qu’il me laisse. Grosse erreur, il a continué en caressant mes hanches, mon ventre et remontait vers ma poitrine quand le feu d’artifice s’est terminé.

Les gens autour se sont mis à bouger et à rentrer vers l’intérieur du bateau où le DJ avait remis la musique, afin de danser. J’ai profité de ce mouvement de foule pour me fondre dedans et lui échapper. Je me suis précipitée vers mon sac à main, j’ai attrapé mon téléphone puis je me suis résignée "qu’est ce que tu comptes faire ma grande ? T’es dans un bateau en plein milieu d’un fleuve immense. Personne ne peut venir." Et puis CLAP. Une grosse main s’abat violemment sur mes fesses. Je me retourne et l’aperçoit, une fois de plus, avec son gros sourire sur le visage. Mais derrière lui, je vois également quelques personnes avec qui je dansais plus tôt, dont 2 gars (l’un des deux étant un néo-zélandais bien géant et bien costaud) qui me regardaient et qui ont bien compris que j’avais des soucis. Ils sont venus me chercher, prétendant une invitation à danser, et sont restés avec moi pour le reste de la soirée.

Lorsque le bateau est rentré au port ces deux gars m’ont accompagné jusqu’à ma gare afin d’être sûr que je rentre en sécurité et je leur en serais à jamais reconnaissante. Ils ont contribué à rendre ma soirée meilleure.

]]>
2019-01-03T16:36:58+01:00
https://asjourney.journalintime.com/Cheers-to-a-new-me Cheers to a new me J'ai passé la meilleure soirée de réveillon de toute ma vie. Merci l'Australie. Je n'avais pas de plans, comme d'habitude, et puis je me suis dit "Mon Dieu A, tu es à l'autre bout du monde, bouges toi !" et comme un signe, sur un groupe de voyageur, j'ai vu une annonce concernant une soirée de réveillon sur un bateau en plein milieu de Swan River. Je n'ai donc pas réfléchi et j'ai acheté mon billet. Je n'ai jamais été le genre de fille à aimer les soirées, tout simplement car dans ma tête je suis "la moche", la "grosse" du groupe. Je n'ai jamais dansé de ma vie, de peur des J’ai passé la meilleure soirée de réveillon de toute ma vie. Merci l’Australie.

Je n’avais pas de plans, comme d’habitude, et puis je me suis dit "Mon Dieu A, tu es à l’autre bout du monde, bouges toi !" et comme un signe, sur un groupe de voyageur, j’ai vu une annonce concernant une soirée de réveillon sur un bateau en plein milieu de Swan River. Je n’ai donc pas réfléchi et j’ai acheté mon billet.

Je n’ai jamais été le genre de fille à aimer les soirées, tout simplement car dans ma tête je suis "la moche", la "grosse" du groupe. Je n’ai jamais dansé de ma vie, de peur des jugements et ce, même lorsque l’on est entre amis. Alors le 31, la motivation n’était pas très présente.. Mais ma place était payée et puis bon, mon niveau de confiance en moi a légèrement augmenté depuis que je suis ici.

À peine arrivée dans le bateau, un couple m’invite à m’asseoir à leur table et la famille assise à côté de moi s’occupe de me fournir en chapeau, collier et autres accessoires de fêtes. Les musiques s’enchainent et de plus en plus de monde se met à danser et bientôt, je me retrouve une des seules assises. Un homme, assez bourré qui a déjà dansé avec toutes les femmes présentes dans le bateau, m’attrape sans demander mon avis et m’emmène danser. Bien trop timide pour répliquer, j’ai suivi. À la fin de la chanson il part vers une autre fille et je suis au milieu de la piste de danse. Pour ne pas avoir l’air bête je me mets à "danser" (je dirais plus à me balancer de droite à gauche). C’était horrible, je n’avais aucune idée de comment m’y prendre, de comment bouger sans en faire de trop, voulant rester discrète. Une des filles de la table d’à côté est venue me voir et m’a dit "ne t’en fais pas, lâche toi, tout le monde s’en fiche". Une fille hyper canon, qui se donnait à 200% et attirait tous les regards a passé le reste de la soirée avec moi à s’assurer que je m’amusais, à danser avec son copain.

Je ne me suis jamais sentie aussi confiante en soirée, l’ancienne A n’aurait jamais osé dansé et aurait décliné toute invitation. J’ai eu un sentiment de fierté énorme à la fin de la nuit et je me suis promis que 2019 sera mon année. Pas de paroles en l’air, c’est le moment ou jamais. Je commence l’année dans cet environnement qui me va si bien, le travail sera à poursuivre en rentrant mais j’ai confiance en moi. Pour la première fois depuis toujours, je vois du changement en moi, je me sens différente, je me sens épanouie.

]]>
2019-01-02T16:53:00+01:00
https://asjourney.journalintime.com/Christmas-Spirit Christmas Spirit O Holy Night is on, mon chocolat chaud fait maison est posé sur ma table de nuit, malgré la chaleur j'ai mis une paire de grosses chaussettes de Noël. Tout est prêt pour écrire ce post dans les meilleurs conditions. Depuis mon arrivée en Australie je ne me suis jamais sentie "homesick", pas même lorsque mon chat est mort. Je m'en voulais d'être partie et de ne pas avoir été présente pour l'accompagner dans ses derniers moments, mais cela n'avait rien à voir avec ce que je ressens. Demain, nous serons le 01 décembre, et en Australie, c'est le premier de l'été. Bien que O Holy Night is on, mon chocolat chaud fait maison est posé sur ma table de nuit, malgré la chaleur j’ai mis une paire de grosses chaussettes de Noël. Tout est prêt pour écrire ce post dans les meilleurs conditions.

Depuis mon arrivée en Australie je ne me suis jamais sentie "homesick", pas même lorsque mon chat est mort. Je m’en voulais d’être partie et de ne pas avoir été présente pour l’accompagner dans ses derniers moments, mais cela n’avait rien à voir avec ce que je ressens.

Demain, nous serons le 01 décembre, et en Australie, c’est le premier de l’été. Bien que j’adore le pays ainsi que les paysages magnifiques, l’esprit de Noël me manque terriblement.

Je suis sans doute la personne la plus "Christmassy" qu’il puisse exister. Vous voyez tous les téléfilms qui doivent sans doute passer à la TV avec le personnage principal féminin qui incarne l’esprit de Noël et les rêves à la perfections ? Je pourrais toutes les incarner. Je suis leur version réelle.
Je pense que ma passion des fêtes de Noël vient du fait que je n’ai jamais vraiment fêté un "vrai" Noël. Ma famille n’est pas la plus unie qu’il soit, on se donne rendez vous, on mange, on s’échange des enveloppes d’argent et on se dit à l’année prochaine.. Et cela a toujours été ainsi. Sauf que ce n’est pas assez pour moi.
Je rêve de vraie joie et rires, je rêve de tradition, peu importe laquelle, même si c’est se saluer en sautant à pied joint, soyons fou et saluons nous chaque Noël ainsi ! Mais aussi et surtout, je rêve d’échange de cadeaux, de vrais cadeaux. J’adore en faire. Je trouve ça magique d’essayer de trouver la petite chose qui fera briller les yeux d’une personne.

J’ai toujours été la seule personne de la famille à offrir des cadeaux. On m’attend d’ailleurs chaque année au tournant. Et j’adore ça. Partir à l’aventure, essayer de trouver LE cadeau qui correspondra à cette personne. Ça en dit tellement sur l’intérêt que l’on porter à une personne.. Malheureusement je n’ai jamais reçu de cadeaux et j’aimerais tellement connaître cette joie, ce sentiment que l’on ressent en ouvrant un paquet et de se dire "Cette personne a passé du temps pour moi, pour essayer de trouver ce qui me correspondrait le mieux et c’est tellement unique !"

Mais Noël est ce moment de l’année où les gens s’ouvrent un peu plus. On parle de "magie de Noël", et je suis certaine qu’au fond, elle existe. Même si je sais bien entendu que je ne rencontrerai pas un prince charmant lorsque je me baladerai sous la neige un jour de réveillon de Noël. Mais l’ambiance qui se dégage des gens, de l’environnement, des programmes télé, de chaque petit détail me rempli de bonheur.

Enfin, revenons à nos moutons, maintenant que vous connaissez ma passion pour les fêtes voici la raison de ma petite déprime : l’esprit de Noël en Australie n’existe pas. Rien. Nada. Niet. Aucun films de Noël à la TV, il n’y a même aucune publicité sur le thème de Noël. Je me souviens attendre impatiemment ce moment de l’année pour avoir les nouvelles pub Canal+ ou Coca Cola ..Mais rien.
Peu de sapin, et ce ne sont de toute façon pas des vrais. Pas de repas de Noël puisque cela se passe en plein été donc avec une température aux alentours des 40 degrés, manger ? Non merci ! Une petite salade et un verre de thé glacé fera l’affaire !

Les seuls "reminder" que Noël approche sont les décorations des les espaces publiques et les Père Noël présents pour les enfants dans les centre commerciaux.. Mais c’est à peu près tout… Alors cette année, je manquerais la période la plus importante à mes yeux et je sens que cela va me mettre un petit coup au moral, même si j’adore toujours autant mon séjour ici.

Peut-être que je pourrais amener un peu de mon esprit de Noël dans ma host family ?

]]>
2018-11-30T16:23:13+01:00